Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Carmen Montet

 

D'après le " LAROUSSE "la philosophie concerne le domaine d'activité de la pensée qui a pour but une réflexion sur les êtres, les causes et les valeurs, le rôle de l'homme dans l'univers, la divinité, les valeurs morales, la conscience, la dignité, la liberté, la société, la loi, le sens de l'Histoire, la recherche de la Vérité. La philosophie a vu la naissance de nombreuses écoles. La Grèce antique en fut le berceau.

La philosophie fut à la source de toutes les connaissances scientifiques : Mathématiques, Géométrie, Astronomie...mais aussi du divin. Plus tard, la science se détachera de la philosophie pour ouvrir d'autres voies : Psychologie, sociologie et Psychanalyse.

La philosophie est d'abord une réflexion scientifique sur la Nature et l'Univers. Dès le VIII siècle avant notre ère, en Grèce, Socrate, Platon, Aristote et d'autres créent la Philosophie et des écoles de la pensée ou ils énoncent " leurs idées " en discutant et en débattant.

 

     Quelques philosophes grecs

 

SOCRATE (-470 à -399 ) : " Connais-toi toi-même ". Considéré comme le premier philosophe, pour lui la philosophie ne doit pas être faite de discours mais d'actes, d'épreuves. Philosopher, c'est se remettre en question. Socrate pratique cette philosophie de manière subversive en interrogeant les gens dans les rues d'Athènes, à l'Agora et en mettant en cause " leurs prétendues certitudes ". C'est faire l'expérience de la vie. Socrate fut un enseignant qui s'interrogea beaucoup et dérangea  beaucoup ! C'est pour ces raisons qu'il sera condamné par Athènes pour impiété, corruption envers la jeunesse et subversion envers l'Etat. Il disait " toute guerre a pour premier but l'argent ".

Condamné à mort, il est enfermé dans la prison des " Onze ", un mois après sa condamnation il boit la ciguë ( poison létal ). Créateur de la philosophie morale, Socrate n’a laissé aucun écrit, mais sa pensée sera transmise par les témoignages de ses disciples dont le plus connu est Platon. Ce dernier a fortement œuvré à maintenir l'image de son maître, qu'il met en scène dans ses oeuvres.

PLATON ( -427 à -348 ) Issu d'une famille de la haute aristocratie d'Athènes, il est un des plus assidus disciples de Socrate. Fondateur des " Sciences politiques ", il élabora la plus importante théorie politique de l'Antiquité. Chez lui, philosophie et pédagogie se confondent. Il pense qu'il faut aller à l'encontre des opinions toutes faites, des préjugés. L'enseignement des mathématiques est la voie royale vers la philosophie. Ainsi le philosophe propose un système éducatif révolutionnaire dirigé par un ministère de l'éducation pour les garçons comme pour les filles, car Platon préconise l'égalité homme-femme : ainsi les filles peuvent être appelées à faire la guerre. GYMNASTIQUE ET CULTURE VONT DE PAIR.

Platon insiste sur l'enseignement primordial des mathématiques : arithmétique, géométrie, astronomie, science de l'harmonie, comme les prémices à l’enseignement philosophique. Il fera de nombreux voyages en Egypte et en Sicile. Son œuvre se compose d'une trentaine de dialogues mettant en scène opposants et disciples de Socrate.

" Faire naître une société idéale où l'ordre de justice serait garanti par les philosophes ; faire progresser vers un idéal où le beau, le juste et le bien seraient des vérités utiles de l'existence terrestre de l'âme humaine".

Cette pensée donnera l'adjectif platonique : idéal, qui ne peut se réaliser...comme l'amour platonique.

Platon est aussi connu pour ses écrits sur " l'Atlantide ". Il est le premier a évoquer cette île perdue, effondrée dans la mer, au-delà des colonnes d'Hercule ( détroit de Gibraltar ). Il aurait recueilli ses sources auprès de vieux Égyptiens et de sages d'Alexandrie, qui lui auraient révélé l'existence de la cité utopique des Atlantes, peuple prospère et technologiquement évolué. Cette civilisation aurait disparu, emportée par les flots à la suite d'un terrible cataclysme.

Le philosophe aimait à avertir le gens contre leurs défauts : autoritarisme, despotisme, orgueil, luxure. Ces excès ( telle la condamnation de Socrate ) pouvaient conduire la cité à sa destruction. Aussi compare-t-il Athènes à la cité perdue de l'Atlantide, qui victime de son orgueil, disparut à jamais.

ARISTOTE ( -348 à -322 ). Alors que Platon avait la tête dans le ciel des idées, Aristote lui a les pieds bien sur terre et sa philosophie est basée sur une conception rigoureuse de l'Univers. Précepteur du grand Alexandre, il écrivit de nombreux traités de politique, de logique, de biologie, de métaphysique...Il est le fondateur de la logique formelle. Son œuvre a marqué non seulement la philosophie mais aussi la théologie chrétienne et a joué un rôle décisif dans la science. Précepteur d'Alexandre  le Grand, il fondera en 335 le lycée  une nouvelle école où, pendant treize ans, il enseigne sa doctrine. Chassé de la ville à la mort d’Alexandre (323), il se retire à Chalcis, en Eubée, dans une propriété héritée de sa mère, où il meurt en 322, à 63 ans.

DIOGENE le cynique ( -413 à -327 )

C’est Antisthène qui créa le Cynisme, cette école philosophique qui rejetait les conventions sociales et les principes moraux pour vivre conformément à la nature. Diogène en fut le disciple le plus fervent. Pour lui la cause du malheur de l’homme tient à la dépendance qu’il a à l’égard des objets extérieurs et à l’esclavage que ces derniers entraînent, tandis que la vertu, elle, tient simplement à l’autarcie, à l’indépendance complète, au dénuement total…c’est-à-dire à la véritable liberté !   Au désir de posséder des biens, le cynique préférera se posséder lui-même et réduire ses besoins à ce que la nature lui offrira. Le cynique pratique le franc-parler, la franchise extrême.

Méprisant les richesses, Diogène vécut de rien, ne respectant aucune convention sociale mais recherchant l'harmonie avec la nature. Il est souvent représenté vêtu d'un simple manteau, muni d'un bâton, d'une besace et d'une écuelle et s’abritant dans une amphore pour dormir.

EPICURE, ( -314 à -270 ) Très jeune attiré par la philosophie, il la découvre en autodidacte. Fondateur d’un des plus grands courants philosophiques, l’Epicurisme…il n’est pas épicurien au sens déluré qu’on lui donne aujourd’hui !  En effet l’épicurisme n’est pas tant de vivre la vie au jour le jour en obtenant un maximum de jouissance du moment présent, mais plutôt la recherche d'un bonheur et d'une sagesse dont le but ultime serait l’atteinte de l'ataraxie l’absence de troubles ).

Les épicuriens, en vue de l'ataraxie, prônent le tétraphamakon, le quadruple remède :

  • Les dieux ne sont pas à craindre puisqu’ indifférents à la condition humaine. Par conséquent l'Homme n'a rien à craindre, ni à espérer des Dieux.
  • La mort n'est rien pour l’homme, en effet : soit il existe une vie après la mort, soit il n'en existe pas. Dans le premier cas, inutile de craindre la mort qui n’est qu’un passage vers autre chose. Dans le second aussi, vu qu'on ne sera plus conscient de notre situation !
  • Le bonheur peut être atteint à la condition, tout comme le prône Epictète ( voir ci-dessus ) de cantonner son bonheur à ce qui dépend de nous.
  • La douleur est facile à supporter : Soit elle est passagère, et la craindre devient ainsi absurde. Soit elle perdure jusqu'à la mort, et comme on n’a pas à craindre la mort on a pas à craindre la douleur.

Ainsi, tout épicurien qu'il fut, Epicure mena dans son jardin une vie simple et frugale ( il était végétarien  ) buvait de préférence de l'eau. Donc plus proche d’une vie d’ ascète que de celle d’un débauché !

 

Les philosophes grecs, grâce à leurs savoirs ont transmis par le biais de leurs écoles de philosophie, une pensée humaniste qui s’est propagée dans les milieux éduqués de la Grèce Antique jusqu’à former les prémices d’une identité Européenne.

 PLus de 2000  ans nous séparent de Socrate, Aristote, Platon, Diogène…et pourtant leurs enseignements restent toujours d’actualité. Rien d’étonnant puisque les principales préoccupations de l’Homme sont restées les mêmes :  la vie, la mort, l’amour, la richesse, le bonheur.

(446x200, 76Kb)

Jeudi 23 septembre, découvrez les grands philosophes romains ( Sénèque, Cicéron, Marc-Aurèle, Saint-Augustin…)

Commenter cet article