Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jimbo

Afficher l'image d'origine

Quand il vint au monde, ce petit éléphant, toute la famille resta la trompe en l'air.

De mémoire d'éléphant on n'avait jamais vu un pareil nouveau-né.

Oh ! Bien sûr, il avait une longue queue, de grandes oreilles qui battaient l'air et une jolie trompe prête à jouer. Seulement voilà, sa peau…

Sa peau était déjà un peu rugueuse comme celle de tous les éléphants, mais elle avait une couleur inconnue… Au lieu d'être grise comme celle de tous les Babar et comme celle des souris, ...sa peau était bleue ! Bleue comme le ciel.

Une peau bleue pour un éléphant…? Finalement c'était très joli. On décida donc de le baptiser Jim bleu.

Jim bleu, ce n'est pas très facile à prononcer, surtout avec une trompe. Si bien que quand on lui demandait son nom, pour ne pas s'emmêler la langue, le petit éléphant répondait Jim beau… beau comme joli ! C'est ainsi que l'éléphant bleu devint Jimbo.

 

Un Babar jaloux

Afficher l'image d'origine

Or parmi les éléphanteaux du troupeau, il y en avait un qui n'était jamais content. Il boudait tous les jours. Il était même jaloux de Jimbo. On l'appelait Babar Boudeur.

Un jour, comme ils étaient partis pour une longue marche tout près du désert, Babar Boudeur décida de faire une bonne farce à son cousin Jimbo.

La grand-mère Babar qui menait le troupeau avait dit qu'on trouverait bientôt de l'eau. Elle avait montré à toute la famille des trous un peu profonds en disant :

- C'est la preuve que l'eau n'est pas loin. En attendant, faites bien attention, tenez-vous à bonne distance pour ne pas que les petits dégringolent dans un trou !

Voilà ce qu'il me faut ! pensa Babar Boudeur. Il appela Jimbo et lui dit avec le sourire :

- Viens voir, Jimbo, comme c'est curieux !

Jimbo suivit son cousin. Or quand il se pencha au-dessus du trou pour regarder, Babar Boudeur le poussa de toutes ses forces...et Jimbo tomba dans le trou.

Alors Babar Boudeur lui cria :

- Débrouille-toi pour remonter ! On verra bien si ton bleu est toujours joli…

Et il se sauva à toutes jambes pour rejoindre les autres.

Tout en courant, Babar Boudeur entendait les cris de Jimbo. Alors il prit peur et ferma ses grandes oreilles. Il n'osa rien dire et se mit à bouder encore plus fort...

Jimbo, tout étourdi par sa chute, se remit sur ses pieds. Il essaya de remonter mais il glissait et retombait toujours au fond du trou.

Jimbo continua ses cris, mais personne ne l'entendit. Alors il se mit à pleurer...

 

On obéit à la grand-mère chef

Afficher l'image d'origine

Heureusement, la grand-mère Babar avait trouvé la nappe d'eau. Tandis que les éléphants se désaltéraient et s'arrosaient pour se rafraîchir, elle s'aperçut que l'éléphant bleu, le petit Jimbo manquait à l'appel. Déjà sa maman le cherchait partout dans la troupe. La grand-mère chef du troupeau leva bien haut sa trompe pour se faire entendre et dit d'un ton sans réplique :

- Maintenant que tout le monde est bien rafraîchi, écoutez-moi : chacun va remplir sa trompe autant qu'il pourra. Défense d'avaler cette eau ou de la perdre ! Nous retournons tous vers les trous.

- Pourquoi faire ? demandèrent les jeunes qui auraient bien voulu continuer à jouer dans l'eau.

- Parce qu'il nous faut retrouver Jimbo ! Ne perdons pas de temps. Remplissez bien vos trompes et ne perdez pas une goutte d'eau en route, nous en aurons besoin. Et gare à ceux qui l'avaleront !

On obéissait toujours à la grand-mère Babar. Elle était le chef du troupeau et elle connaissait tout ce qui était nécessaire à une famille d'éléphants.

A la queue leu leu et sans dire un mot pour bien garder sa trompe pleine à ras bord, le troupeau revint vers les trous.

Bientôt les grandes oreilles des éléphants se remplirent de pleurs, les pleurs de Jimbo. Puis ce furent de petits cris, des cris qui disaient : « Au secours ! Maman ! Grand-mère chef ! Je suis là...au fond d'un trou ! »

D'un battement de ses grandes oreilles, la grand-mère Babar arrêta tout son monde. Elle marcha seule en direction du trou d'où venaient les cris. Et là, elle inclina doucement sa trompe pour la vider autour du petit Jimbo.

Tandis que Jimbo buvait à grands coups de trompe toute l'eau qu'il pouvait, la grand-mère dit à la troupe :

- Venez à la queue leu leu et videz votre trompe autour du petit. Ne traînez pas, laissez la place au suivant. Il faut faire vite parce que le trou aussi a soif ! Et Jimbo a besoin de toute notre eau !

Alors on vit toute la famille Babar vider sa réserve d'eau dans le trou. Jimbo qui était un peu éclaboussé trouvait cette baignade bien agréable. Il n'avait plus peur parce que la grand-mère chef saurait bien le sortir de là.

Babar Boudeur aussi était rassuré. Il ne savait pas à quoi pourrait servir toute cette eau. Mais il vida sa trompe en disant à Jimbo :

- Si tu n'en as pas assez, je retournerai en chercher !

Or il y avait tant d'eau dans les trompes que le trou lui-même n'avait plus soif. Si bien qu'il se remplit et Jimbo commença à nager. L'eau montait dans le trou, elle montait toujours…et Jimbo montait aussi dans l'eau. Enfin quand la dernière trompe fut vidée, l'eau arrivait presque en haut du trou. Il suffit de quelques coups de trompe bien placés pour soulever Jimbo et le ramener sur la terre ferme.

Depuis cette aventure, le cousin a promis de ne plus bouder. Il a demandé pardon à Jimbo. Ils sont même devenus amis.

Jimbo le petit éléphant - Yolande Moyne
Tag(s) : #contes et légendes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :