Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par P Thevenin



C'est curieux comme les commentateurs des JO et autres Euros font abstraction de tout le contexte humain et géopolitique pourtant indissociable des manifestations sportives. On dirait que celles-ci se déroulent sur une planète où personne ne crèverait de faim, où les marchands de mort ne vendraient pas de Rafale...
Le chauvinisme, en revanche, est pratiquement obligatoire avec hymnes et drapeaux. Et l'on est sommé de se réjouir quand un athlète de son pays décroche une médaille. Comme si les nationalismes avaient besoin de ça pour se développer !

Renaud Lavillenie pleure, sifflé par le public, lors de la remise de sa médaille d'argent aux JO de Rio.Et les sportifs eux-mêmes ? Ce ne sont bien souvent que des enfants capricieux, témoin Lavillenie qui a pleuré parce que, vous vous rendez compte, il n'a eu que la deuxième place, battu par un Brésilien et par le public. S'il ne supporte pas les sifflets, qu'il évite en tout cas la politique et surtout l'Élysée ! Il a même comparé les JO de Rio à ceux de Berlin en 1936 ! Il aurait dû regarder l'excellent documentaire diffusé sur ARTE racontant par le menu ce qu'Hitler a fait de ces Jeux.
Un dernier mot sur le sujet : il est un sport que je placerais à part : la boxe. Dans les autres disciplines, l'objectif est de vaincre l'autre sportivement, ce qui ne laisse que des blessures d'amour-propre, alors qu'en boxe on essaie d'amocher son adversaire physiquement. Les compétitions sont, on le sait, un ersatz de la guerre mais avec la boxe on se rapproche un peu plus de l'original.

Afficher l'image d'origineLe pire, pour un humoriste, est évidemment de ne pas faire rire. Or, sur ARTE, chaîne que j'affectionne par ailleurs (voir ci-dessus), on a droit chaque soir à un interlude, « La minute vieille », où des gens ( forcément âgés, vu le titre ) racontent à plusieurs une histoire censée être drôle. Et force est de constater que ça tombe systématiquement à plat.
Pendant que j'en suis à l'humour pas marrant, je voudrais ajouter que Moustic et son Groland ne m'ont jamais arraché le moindre sourire. C'est lourdingue, sans aucun intérêt. Et le bonhomme se vexe aussi facilement qu'un Lavillenie quand une journaliste a le malheur de critiquer son long métrage ( le 12 décembre dernier ), au point de quitter le studio … avant d'y revenir parce qu'il faut quand même faire la promo.
Encore un, mais, je sais, c'est un peu facile : Bigard a dû annuler son spectacle d'Alès. Il s'en explique sur son site : « pour la première fois en 30 ans de carrière, j'ai fait un malaise sur scène. Je me suis écroulé comme... bah comme une merde, quoi ! » Est-ce un accès de lucidité ou du deuxième degré ?

De grâce, rendez-nous Desproges et Devos !
Heureusement qu'il nous reste les comiques malgré eux : BHL, Finkielkraut, Bismuth et quelques autres.

Afficher l'image d'origineJustement : l'eusses-tu cru ? Bismuth est candidat à la primaire. De même que, sur l'autre bord, Arnaud de la Marinière ou Cécile Duflou. Ils sont tellement nombreux à gauche comme à droite qu'on a de la peine à suivre.
Afficher l'image d'origineL'affaire burkini. Selon « le Canard », l'affrontement de Sisco a donné lieu à des tweets enflammés : Un Arabe aurait été vu frappant un Corse inanimé au cours de son évacuation sur une civière après la bagarre. Renseignements pris, c'était exactement l'inverse : c'est un jeune Corse qui s'en est pris à un Marocain allongé sur un brancard. Et du coup, on a parlé d'autre chose sur les réseaux sociaux. Étonnant, non ? Et il semble bien que le burkini n'ait pas grand-chose à voir avec ça.
 

Coups de gueule - Pierre Thévenin

Commenter cet article