Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Fabrice Devesa

Arraché par la vie à ma terre nourricière,

Je souffre de grandir prisonnier des carcans,

Au royaume du temps du pays des misères,

Les médias m’ont greffé l’angoisse dans le sang.

Les soldats du pouvoir mes rêves ont tailladé,

Au coeur de mes légendes ont fait des incisions.

Je voudrais m’élever au-dessus des cités

Et je tends mes branchages vers d’autres horizons.

Si j’ai plié parfois sous un amas de choses,

Jamais je n’ai rompu mes rêves effeuillés.

Arbre franc, je me bats pour défendre ma cause,

La sève de mes mots coule sur mes feuillets.

J’ai besoin de soleil et de pluie de tendresse,

De planter mes racines au jardin de l’amour.

Composant des musiques quand le vent me caresse,

Pour une hamadryade, je deviens troubadour.

Que m’importe dès lors, dans vos murs de béton,

Que vous semblent caduques mes feuilles, mes idées,

Pourvu qu’elle me regarde et enlace mon tronc

En venant y graver tout son amour de fée!

Je suis l’arbre de lune, rêveur de liberté,

Cet étranger fragile, ce tendre sauvageon.

Pour elle je donnerai les fruits les plus sucrés,

Les secrets de mon âme et toutes mes chansons.

Commenter cet article