Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Afficher l'image d'origineC’était un tout petit chat noir chaussé de blanc. De mémoire de chatte, on n’avait jamais rien vu d’aussi joli. Ses frères étaient habillés de robes grises. Il y en avait aussi un tout noir qui prétendait lui ressembler. Mais il n’avait pas de chaussons blancs.

Maman Chat était si fière de son dernier-né qu’elle le surveillait comme le lait sur le feu. Et quand tous les petits chats quittaient le giron maternel pour aller découvrir le monde, elle disait toujours :

- Petit chat noir, prends garde à ne pas salir tes chaussons blancs !

Alors il marchait tout doucement, sur la pointe des pieds. Pourtant, il aurait bien aimé courir lui aussi. Ils trottaient sans souci, à la queue leu leu, Noir de Jais toujours en tête, Gris Souris si sage et Mistigris qui furetait partout. Mais Chaussons Blancs qui regardait où il posait ses pieds ne pouvait jamais aller aussi loin qu’eux.

A leur retour, ses frères lui racontaient les oiseaux, la queue du lézard, les herbes à chat… Lui ne connaissait que les mouches et sa pelote de laine. La nuit, il rêvait de ce monde fabuleux qu’il entrevoyait seulement par la fenêtre.

- Viens avec nous, dit un jour Gris Souris.Tes chaussons, tu les nettoieras au retour !

barre de separation,separateurs

Les gambades de Chausson Blanc

 

Afficher l'image d'origineChaussons Blancs accepta de regarder un peu moins ses pieds. Il découvrit le fond du jardin qui sentait bon le thym et la lavande. Il essaya même ses griffes sur le tronc du lilas. Et il s’aperçut que ses frères étaient beaucoup plus habiles que lui : ils pouvaient grimper pour surveiller de près les oiseaux !

Avant de rentrer, Chaussons Blancs lécha tant et si bien ses petits pieds qu’ils lui parurent redevenus tout neufs. Mais Maman Chat avait l’œil perçant. Elle ne fut pas du tout de cet avis. Elle gronda beaucoup. Puis elle frotta et astiqua elle-même les chaussons de son rejeton. Chaussons Blancs promit de redevenir sage.

Le lendemain était un jour rempli de promesses. Les moineaux sautillaient dans le jardin. Un gros merle se promenait tranquillement à deux pas des chatons. N’y tenant plus, Noir de Jais, Gris Souris et Mistigris entraînèrent avec eux Chaussons Blancs pour faire la fête.

Ce fut une belle partie de cache-cache avec les oiseaux. Tout heureux et saoulés de grand air, les quatre petits chats vinrent raconter à leur maman cette journée de vacances.

Maman Chat écouta avec beaucoup d’attention. Elle était fière de sa progéniture. Puis, d’un geste large de sa queue angora, elle attira près d’elle ses chatons pour les câliner.

Mais… où était donc Chaussons Blancs… ? On le lui avait changé ! Elle avait beau plisser ses yeux, elle voyait deux Noir de Jais… mais pas de Chaussons Blancs…

Quand elle comprit que son dernier-né avait perdu ses jolis chaussons, elle entra dans une grande colère. Son dos se gonfla, son poil se hérissa. Un ronflement inconnu fit peur à toute sa marmaille.

Il fallut l’arrivée de la belle Tricoline, leur grande sœur au pelage blanc marbré de gris et de roux, pour que Maman Chat retrouve enfin son calme.

Tricoline proposa de faire la toilette du coupable. Tant bien que mal, elle retrouva les petits chaussons cachés sous la boue.

barre de separation,separateurs

Les idées de Tricoline

 

Chaussons Blancs était tout triste. Il ne pourrait plus courir dans le jardin avec ses frères ! Alors Tricoline lui dit en secret :

- Avec tous mes petits doigts, je vais te tricoter des chaussons de laine !

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les chaussons de Tricoline étaient si jolis, si bien faits pour ses petits pieds que Chaussons Blancs lui donna un gros baiser pour la remercier. Et il courut rejoindre ses frères.

Hélas ! Quand il revint, il avait perdu un chausson.

Maman Chat gronda encore. Mais elle ne comprit pas pourquoi son petit n’avait sali qu’un seul pied !

Le jour d’après, Tricoline lui tricota des guêtres blanches. C’étaient des sortes de chaussettes qui n’avaient pas de dessous. Elle tenaient avec un gros élastique. Chaussons Blancs pourrait ainsi continuer à faire ses griffes sur le lilas.

C’était très joli, mais bien salissant ! Et Tricoline ne voulait pas, en plus, faire la lessive tous les jours. Elle proposa des guêtres noires. Jaloux, Noir de Jais refusa. Mistigris se moqua en disant :

- …pourquoi pas des guêtres écossaises ? !

Alors Tricoline eut une idée. On irait demander conseil au cousin Capi.

barre de separation,separateurs

L'avis de Capi le Sage

 

Afficher l'image d'origineLe Capitaine était un vieux chat qui avait couru le monde. Il avait connu beaucoup d’aventures. Dans la famille, on l’appelait Capi.

Quand Tricoline et ses frères lui eurent exposé l’affaire, le gros matou tira sur ses longues moustaches pour réfléchir.

Pendant ce temps, Chaussons Blancs regardait les grandes bottes du Capitaine. Ces bottes avaient parcouru tant de pays lointains… !

- Tu peux les essayer…, dit le cousin Capi avec malice. Si elles te vont, je te les donne !

Quand le petit chat voulut enfiler la première botte, il crut tomber au fond d’un puits. Lui et ses frères, ils auraient pu tous se cacher dans la même botte, tant elle était grande.

Le Capitaine renversa la botte pour libérer Chaussons Blancs. Puis il décida :

- Il y a longtemps que je n’ai pas vu votre maman Chat. Allons-y ensemble.

La belle chatte angora fut très flattée de cette visite. Le cousin Capi en profita pour déclarer :

- Ma chère, il faut que jeunesse se passe ! Laissez donc Chaussons Blancs courir avec ses frères !

Et Tricoline ajouta :

- Je crois que j’ai trouvé comment blanchir ses chaussons…

barre de separation,separateurs

 

La solution de Tricoline

 

Depuis ce jour, au retour de promenade, tandis que ses frères boivent goulûment leur lait, Chaussons Blancs saute à pieds joints dans sa tasse. Tricoline surveille l’opération. Quand la mousse du lait a bien imprégné les chaussons, ils redeviennent tout neufs. Alors Tricoline l’accompagne auprès de Maman Chat.

La chatte angora se fait encore plus belle. Dans ses yeux plissés, on voit briller des paillettes, quand elle dit à l’oreille du Capitaine :

- Voici mon dernier-né. Il n’a plus peur de courir le monde avec ses chaussons blancs…!

Photo Coquelicot - STM

Photo Coquelicot - STM

Tag(s) : #contes et légendes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :