Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une liaison dangereuse

Comme si une revanche sur L'Allemagne ne tenait, ce jour-là,  qu'à un fil, le 6 février 1878 une expérience préparée par l'armée eut  lieu en plein cours Fauriel.

 

Afficher l'image d'origineL'appareil auquel, en novembre 1863, faisait allusion " le Mémorial de la Loire " ne s'éloignait guère de celui envisagé neuf ans plus tôt par Charles Bourseul, Il s'agissait, sans le nommer, du télégraphe conçu la même année par l’allemand REIS, juste capable de reproduire, avec sonorité déformée, des notes de musique. Et bien qu'il reprit le principe énoncé par Bourseul , transmettre des vibrations par l'intermédiaire de fils électriques,  rien n'était découvert sur la façon de restituer la voix. le " Mémorial " reléguait d'ailleurs ce télégraphe chantant au rang des curiosités scientifiques, se doutant qu'il faudrait " sans doute bien des études pour en tirer des résultats pratiques ". La seule vrai trouvaille de Reis fut d'imaginer le nom de la future découverte : le téléphone.

Et ce fut un silence, ou presque, de treize années jusqu'à l'invention de l'américain Graham Bell, qui s'appuya sur le fonctionnement de l'oreille pour fabriquer un nouvel instrument : " j'étais parvenu à la conclusion qu'il serait possible de transmettre des sons de n'importe quel type si l'on pouvait seulement produire une variation d'intensité de courant ".


 

AFIN DE DECROCHER LA VICTOIRE

Afficher l'image d'origineBell lui-même y parvint : le 10 mars 1876, il échangea la première conversation téléphonique de l'Histoire avec son assistant installé dans une autre pièce : " Monsieur Watson venez ici, j'ai besoin de vous voir ". Watson accourut et répéta les mots entendus.

Dès 1878 commença aux États-Unis l'exploitation de l'appareil. l'Europe traîna les pieds, ou l'oreille plutôt, surtout à cause de l'hostilité des services du télégraphe, soucieux de conserver leur hégémonie.

Seule l'Allemagne comprit les bienfaits immédiats de ce mode de transmission directe :  à la fin de 1877, furent commandés deux cents  appareils destinés aux petits bureaux télégraphiques. La France, notamment son armée,  ne pouvait demeurér en retrait : la première dépêche transmise, en 1794, avait été une victoire sur les Autrichiens, par les bras du télégraphe Chappe.

Ne devait l'ignorer, aucun des deux officiers du 121eme, en garnison à Saint-Étienne, penchés sur leur poste télégraphique à 160 mètres de distance l'un de l'autre. Ce mercredi 6 février 1878, le ours Fauriel fut choisi pour sa commodité comme terrain d'expérience. Les oreilles encapuchonnées pour s'abriter de tout bruit extérieur, ils transmirent des ordres,exécutés immédiatement par les détachements placés à leurs côtés. L'essai s'avérant concluant, une conversation suivie s'établit entre les deux postes : ils restèrent en ligne, moins longtemps toutefois qu'ils n'en regarderaient une autre...la ligne bleue des Vosges.

 

Tag(s) : #le roman de l'Histoire Serge Granjon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :