Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Fabrice Devesa

 

Vous qui pensez que la lune n’est qu’une planète stérile et crevassée reflétant, tel un miroir, le feu du soleil, et que l’on ne peut y trouver qu’un personnage imaginaire au visage blafard, apprenez donc cette histoire…

barre de separation,separateurs

Afficher l'image d'origineUn arbre a poussé sur la lune, un petit arbre, qui a grandi grâce à la lumière des étoiles. Ces étoiles ont toujours été son seul univers, son unique paysage aussi beau et calme que lui. On peut le croire fragile mais ses racines sont puissamment ancrées dans le sol lunaire. Il a été créé par l’Amour mais façonné par les tourments planétaires. Il ne connaît pas de saisons et il paraît toujours gai et souriant. Ses branches montent vers le ciel, devenant translucides comme du cristal. Il porte d’éternelles petites fleurs bleues, d’un bleu clair et profond. Sa mère, la lune, lui a dit qu’elles avaient des couleurs plus jolies encore que les fleurs qui se trouvent sur la terre des hommes. « La terre des hommes », sa mère lui en parle souvent mais il ne l’a jamais vue. Il sait qu’il s’agit d’un endroit merveilleux où le vert et le bleu se confondent, où il y a des arbres immenses, dont certains même font de l’ombre au soleil qui, pourtant, vient leur rendre visite tous les jours…

 - Pourquoi je ne peux pas voir le soleil ? » demande-t-il à sa mère.

- Parce qu’il est bien trop puissant, ses rayons abîmeraient tes branches - répond-elle « reste auprès de moi… ! »

Sur « La terre des hommes », il y a aussi des animaux qui courent, nagent et volent avec des chants magiques, de véritables concerts à la nature. L’arbre de lune rêve d’oiseaux de toutes les couleurs venant virevolter autour de lui et se nicher dans ses branchages…

Son envie de découvrir cet univers devient si grande avec le temps, qu’un jour l’arbre de lune décide d’entreprendre un long voyage pour aller sur la terre. Sa mère a beau l’avertir :

- Malheureux ! Que vas-tu faire ? Le monde risque d’être cruel avec toi ! Ne sens-tu pas la haine montée de « la terre des hommes » ? tu es fou de vouloir ainsi t’en aller ! »

L’arbre de lune a beau avoir entendu parler de tous les tourments, toutes les souffrances, toutes les misères de l’univers… rien ne l’empêchera de partir. En vérité, ce n’est pas seulement pour aller visiter un autre monde qu’il veut partir… non, c’est parce que, depuis quelque temps, il rêve de plus en plus souvent à un sentiment étrange, un sentiment merveilleux qu’il ne pense pouvoir trouver que sur la terre, un sentiment qui vous fait battre le cœur à cent à l’heure même si ce cœur est en bois comme celui du petit arbre : l’Amour ! Oui, c’est cela… l’Amour qu’il sent monter de la terre, un amour profond, durable qui s’enracine en lui pour l’éternité, chassant à tout jamais son silence intérieur : un amour fidèle, émerveillé de lumière, passionné de voyages et de paysages, unique en ses yeux étoilés…

terre-globe_ouest.jpgLe petit arbre se déracine, embrasse sa mère, salue les étoiles… Il se met à califourchon sur un météore et file vers la terre. Le météore va à une telle vitesse que l’arbre de lune se met en boule pour ne pas arracher ses branches et ses fleurs. Il a peur, alors il rêve… Il imagine la planète bleue et le visage de son amoureuse…

- Elle sera… elle sera… en fait, je ne sais pas comment elle sera… ! »

Boum… une énorme explosion… Quand l’arbre de lune se réveille, il voit des oiseaux tourner autour de lui. Il est au milieu d’un océan tout vert…

- Oh ! que c’est beau ! »

Il voit des fleurs blanches, rouges, jaunes, violettes, orange…

- Toutes ces couleurs existent ! C’est merveilleux ! »

La terre est douce et moelleuse, il y repose ses racines… Quelque chose, à côté de lui, palpite, s’écoule, ruisselle… L’arbre de lune intrigué demande :

- Bonjour, qui êtes-vous ?

- Bonjour, on me nomme l’eau vive et je redonne force aux assoiffés ! 

Le petit arbre se penche, boit… c’est formidable ! La rivière le regarde, étonnée. Elle pense : « Encore un qui est tombé de la dernière pluie ! »

Mais le soleil monte dans le ciel et chauffe les branches de l’arbre de lune. Celui-ci lève les yeux puis les referme, aveuglé par la lumière… ses branches crissent sous la chaleur et il crie :

- Arrêtez, arrêtez, pourquoi me faites-vous si mal ?

-Tu es un drôle d’arbre pour ne pas reconnaître le roi le plus puissant de l’univers !

- Le roi ?

- Oui, je suis le soleil et, seuls ceux qui connaissent l’Amour supportent mes flèches de lumière ! gronde l’astre du jour.

La terre se durcit sous la chaleur et l’arbre ne parvient plus à  s’enraciner. Il va se réfugier dans l’ombre. Tête basse, il erre, souffrant de ne pouvoir supporter la lumière puis, il se demande :

-  Mais d’où vient l’ombre ? »

Il lève les yeux et aperçoit d’immenses arbres avec des troncs sombres, forts et des racines qui sortent de terre… Ils sont chapeautés de verts de toutes nuances et taquinent le ventre des nuages…

- Que c’est beau ! » dit l’arbre de lune en continuant son chemin. Soudain, une grosse voix se fait entendre :

- Qui es-tu ? Tu n’es ni de notre forêt ni de notre monde ! »

L’arbre de lune se retourne, surpris, et voit un petit arbre, rabougri par le temps et le vent, qui visiblement, doit être millénaire…

- Alors, tu réponds ? dit le vieil arbre d’un air sévère.

- Ne fais pas peur à notre invité, mon chéri, pour une fois qu’il y a de la nouveauté par ici, il a l’air gentil ! 

Afficher l'image d'origineUne vieille fée est intervenue. L’arbre de lune la regarde sortir du vieil arbre bourru. Il est apeuré mais le sourire de la vieille fée le rassure. Elle est aussi petite que son arbre et des rides creusent son visage, néanmoins elle possède un certain charme…

- Je viens de la lune pour chercher l’amour ! Dit l’arbre de lune d’un seul souffle.

- Oh ! Mais c’est très bien mon petit, dit la fée en jetant un regard tendre au vieil arbre. Enfin un jeune qui cherche l’amour…

- Tu parles ! Il perdra ses illusions, comme tous les autres ! réplique le vieil arbre.

- Dois-je te rappeler que tu as été comme lui et que, finalement, tu l’as trouvé, ton grand Amour ? »

L’arbre de lune parle pendant longtemps avec ses nouveaux amis. Il apprend que le vieil arbre est le sage de la forêt et que, lorsqu’il était jeune, vaillant et fort, il rêvait lui aussi de l’amour. Il apprend qu’aujourd’hui beaucoup de vieux arbres sont tristes quand ils observent le comportement des jeunes pousses qui aiment plus le plaisir que l’amour…

Le vieil arbre reprend :

- Les jeunes pensent profiter de la vie en changeant souvent d’amour mais ils se trompent et finissent par vieillir et mourir seuls, alors que ma petite fée est toujours avec moi à me donner force et joie de vivre ! Tu as devant toi la plus formidable des Dryades, mon garçon !

L’arbre de lune demande :

- Qu’est-ce qu’une dryade ?

- Ici-bas, chaque arbre est destiné à s’unir avec une fée de la forêt appelée « Dryade ». C’est une fée qui est chargée de prendre soin de lui. Elle naît, vit et meurt avec son amour. La fée que tu vois est une dryade ! répond le vieil arbre.

- C’est magique !

- Mais c’est réel et, quelque part, une dryade rêve à toi et t’attend ! ajoute la fée.

- Mais comment puis-je la trouver ? questionne l’arbre de lune.

- Ecoute ton cœur ! disent ensemble les deux arbres amoureux en se jetant un regard complice.

Afficher l'image d'origineL’arbre de lune remercie ses amis et, le cœur plein d’espoir, se remet en route… Il poursuit son chemin et découvre toutes sortes d’arbres et de fleurs. Il écoute les histoires de chacun et s’émerveille devant les trésors des forêts. Il rencontre également de nombreuses dryades qui lui paraissent toutes jolies, sveltes et coquines au début puis, toutes semblables au bout de quelques jours. Elles sont si volages, sans rêve, sans univers… L’arbre de lune s’en désole. Les dryades lui disent :

- Comme tu es étrange ! tes fleurs sont belles mais elles ne sentent rien et tu sembles toujours ailleurs ! Ah oui, c’est vrai, sur la lune, il n’y a pas d’odeur et tu es un rêveur ! »

Elles rient :

- Allez, laisse-toi faire, laisse-nous cueillir tes fleurs aujourd’hui, demain, nous verrons… »

L’arbre de lune est de plus en plus triste. Les autres arbres lui répètent:

- tu devrais effeuiller les petites dryades qui te courent après ! 

Mais l’arbre de lune ne les écoute pas. Il ne veut pas de cette sorte d’amour. Il rêve d’un sentiment beaucoup plus fort, beaucoup plus beau. Il est de plus en plus seul et ses fleurs bleues se flétrissent, ses branches deviennent opaques au fur et à mesure que ses illusions s’éteignent. Néanmoins, il reste une petite lumière au fond de son cœur qui lui murmure :

- Elle existe, elle existe… 

Et il cherche encore et encore, se faisant abuser, se faisant rejeter…

Finalement, après avoir fait le tour de toutes les forêts, l’arbre de lune retourne dans la petite clairière où il avait atterri. Il s’allonge et pleure… Elle n’existe pas… Le soleil se lève et le petit arbre doit se réfugier dans l’ombre. Il n’est vraiment pas beau à voir, blessé par ses aventures et ses voyages. Soudain, il entend une voix cristalline et pure qui chante et s’envole comme un oiseau dans le vent… Il se retourne… Elle est là !

Afficher l'image d'origineLa dryade dont il rêvait est assise dans les fleurs et joue à taquiner les papillons. Elle rit en se plongeant les mains dans l’eau fraîche de la rivière. Elle est magnifique. On dirait une ondine, une fée des ruisseaux, mais les feuilles et les tiges qui s’enroulent autour de son corps indiquent que c’est une dryade… L’arbre de lune s’avance timidement. Son cœur bat très fort et il a peur de se faire de nouveau très mal, d’aller vers une nouvelle déception mais ses racines ont glissé sur le sol, provoquant de petits bruits qui font se retourner la petite fée. Elle retourne alors son visage vers lui… Ses yeux sont de couleurs opaline, mi-bleu, mi-vert et son sourire… !

Elle commence à lui parler mais l’arbre est trop ému pour lui répondre. Il bafouille. Elle rit. Cet arbre lui plaît : c’est la première fois qu’un arbre lui plaît ! Il est si beau malgré ses blessures. Finalement, elle se met à l’aimer… Elle l’aime d’un amour aussi grand que l’infini et aussi précieux que les étoiles dans l’univers… L’arbre de lune, lui, n’arrive pas à croire à son bonheur, on lui a tellement fait mal. Il sait qu’elle est différente de toutes les dryades qu’il a rencontrées jusqu’ici mais… Elle lui parle des mystères de la planète bleue, lui confie sa jeunesse et ses rêves, lui, il lui raconte le ciel, la lune et les étoiles, son voyage pour arriver jusqu’à elle…

Le seul nuage à cette rencontre est que le petit arbre a peur de se jeter dans cet amour. La vie l’a tellement blessé. La dryade lui répète :

- Pour qu’un amour devienne grand, il faut que nous y croyions tous les deux et que nous nous donnions entièrement l’un à l’autre.

Mais il lui répond :

- J’ai peur que ce ne soit qu’un rêve ! et, à chaque fois qu’il dit cela, la petite fée s’évanouit dans la nature. Alors, un jour, l’arbre de lune décide d’aller chercher conseil auprès du vieux sage et de sa femme qui lui disent :

- Si tu ne crois pas en votre Amour, il ne restera qu’un rêve. A toi de voir si tu veux prendre le risque de vivre ton rêve !

- Oui, je le veux ! dit l’arbre de lune en se levant et il s’en va déclarer son amour à la petite dryade :

- Je t’ai aimée dès le début mais je me protégeais pour éviter de me blesser encore une fois. Je n’avais pas conscience de mon bonheur. Tu m’es apparue comme un mirage mais maintenant je crois en notre Amour… Je t’aime et t’aimerai toujours… »

Afficher l'image d'origineLa jolie dryade, émue, lui jure alors fidélité et l’embrasse de tout son cœur… L’arbre de lune retrouve sa beauté et un délicieux parfum émane de ses fleurs. Celles-ci font à la petite dryade une robe bleu océan. Désormais, elles sentiront toujours bon. Grâce à la force que lui donne son amour, le petit arbre s’enracine dans la terre ferme et la petite dryade, que l’on surnomme maintenant la petite fée bleue, rayonne de bonheur. La nature tout entière chante leur union et le soleil ne fait plus souffrir l’arbre de lune.

Commenter cet article