Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Serge Granjon

Presque encore expérimentale, et déjà domestiquée, l’électricité fit du télégraphe le premier des téléscripteurs, Ne lui manquait plus que la parole.

Deux laboureux tenait, comme il se doit, discours empreint de franche bonhomie... Au fait cette entrée en matière, aussi farouchement rétro, ne risque-t-elle pas de se tromper d'époque ? Sauf si d'emblée il est dit que l'anecdote eut lieu au cœur du XIX e siècle : à leur façon les deux hommes commentaient la récente invention du télégraphe électrique ; sans forcement garder l’œil caché sous un sourcil épais, ni de toute leur personne à paraître velus, comme l'aurait voulu La Fontaine, ils partageait le robuste bon sens de son Paysan du Danube.

L'un avouait à l'autre qu'il ne comprenait pas comment quelque chose écrit d'un bout de fil pouvait à pareille distance être imprimé à l'extrémité.

Son compagnon alors de lui répondre : « Pourtant, regarde ton chien ; mords lui la queue et tu verras c'est par la tête qu'il aboiera « 

 

LE TELEGRAPHE ACOUSTIQUE

Charles BourseulC'était pour de bon formule prémonitoire, au point que l'histoire aurait dû retenir le nom du devin qui s'ignorait. Car, mis en pratique avant 1850, le télégraphe électrique, déjà, était battu en brèche par un employé relevant...de son administration. Mais plutôt que d'évoquer une quelconque trahison ( il fut d'ailleurs parmi les premiers à utiliser le Morse ), mieux valait parler d'une marche en avant ; de recherches solitaires et un temps silencieuses, qui trouvèrent bientôt consécration : en août 1854, la revue Illustration publiait un article signé Charles Bourseul.

Agé de vingt-cinq ans, et libéré depuis peu du service militaire, il se serait volontiers reconnu autodidacte, en partie du moins, lorsqu'il s’efforçait de parfaire, livres à l'appui, des études tout de même secondaires.

Bourseul partait d'un constat : «  il faut bien songer que les syllabes se reproduisent exactement rien que par les vibrations des milieux intermédiaires «  . D'un champ ouvert à des applications aussi fabuleuses qu'alors insoupçonnées, il tira une conséquence  : «  reproduisez exactement ces vibrations et vous reproduirez exactement aussi les syllabes «. Le principe de la transmission de la parole posé à l' électricité il convenait de le concrétiser. Ce ne serait pas le fait de Bourseul, qui commit l'erreur de vouloir à tout prix partir du télégraphe : capable d'imprimer des lettres, ne pourrait-il pas, une fois modifié, transmettre les sons de la voix ? Charles Bourseul renonça vite ; mais son idée fut reprise.

Le 5 novembre 1863, le Mémorial de la Loire mentionnait la découverte d' »un télégraphe acoustique «. En quoi consistait l'appareil, que le journal présentait prudemment «  à l'état tout à fait rudimentaire « .

Afficher l'image d'origine

 

Commenter cet article