Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par elsapopin

Pour les fidèles et les lecteurs du Dix vins blog Pierre c'est « l'amoureux « de la chanson française, celle qui fait vibrer nos cœurs avec des auteurs, des compositeurs, des interprètes de talent que nos radios pourries et corrompues par le show-biz ne diffusent jamais. Celui qui une fois par mois nous fait découvrir un chansonnier ( ière ) aux textes ciselés comme du cristal et qui nous console de la platitude aussi bien vocale que textuelle des Benjamin Biolay et autres produits préfabriqués d'émissions comme the Voice ou Nouvelle star.

C'est aussi celui qui avec sa plume corrosive et satirique dénonce ( et parfois dézingue ) les travers de nos politiques et de notre société en général, par le biais de son Coup de gueule hebdomadaire, qui est suivi chaque lundi par plus de 300 lecteurs.

Mais c'est aussi un amoureux de la chanson et de la poésie qui, depuis plusieurs années, écrit chansons et poèmes et qui s'est enfin décidé à les publier dans un recueil intitulé « Au petit bonheur la chanson «.

Ce recueil est celui d'un chansonnier, amoureux des belles lettres et de la belle rime. Dans ses textes point de gnangnan, les histoires ( d'amour ou pas ) y finissent souvent mal mais toujours avec humour. Là aussi, fidèle à lui-même Pierre soigne nos petits vices et travers par le biais de petites histoires où l'humour et la satire ne sont jamais bien loin.

Mais mieux qu'un long discours ( Pierre les a en horreur ) je vous laisse découvrir ces poèmes et chansons qui seront mis en ligne chaque jeudi de mars et d'avril.

Belle lecture à tous

Elsapopin

Pierre Thévenin - Recueil " Au petit bonheur la chanson "

Les deux grenouilles

 

De la mare échappée, un jour, une grenouille

Au porche d'une églis' fortuitement parvint.

L'heure était justement à l'office divin

Où les ouailles en chœur sur les bancs s'agenouillent.

 

Le portail entrouvert, dans l'enceinte sacrée

elle entra, guillerette, ça et là bondissant,

Quand de l'orgue, soudain, le grondement puissant

retentit, pauvre bête, elle en fut effarée !

 

Dans son égarement, somme toute, normal,

Sur une autre grenouille, de bénitier s'entend,

Voilà qu'elle atterrit, l'effrayant tant et tant.

 

La vieille en tomba morte, écrasant l'animal,

L'abbé oignit le tout, entre deux batraciens

Espèrant que Dieu reconnaîtrait le sien !

 

Pierre Thévenin - Recueil " Au petit bonheur la chanson "

Commenter cet article