Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Adieux de Pouchkine à la mer,tableau d'Ilya Repine et de Ivan Aïvazovski (1877).

Je vous aimais... et mon amour peut-être
Au fond du cœur n'est pas encore éteint.
Mais je saurai n'en rien laisser paraître.
Je ne veux plus vous faire de chagrin.
Je vous aimais d'un feu timide et tendre,
Souvent jaloux, mais si sincèrement,
Je vous aimais sans jamais rien attendre...
Ah! puisse un autre vous aimer autant.

Je vous ai aimé et mes sentiments
Tressaillent encore dans mon âme,
Et si mon coeur est dans les tourments
Ne vous inquiétez surtout pas, Madame.
Je vous ai aimé sans grand espoir,
Jaloux, suspendu à vos regards,
Je vous ai aimée timidement et si sincèrement
Que Dieu fasse qu’un autre vous aime autant.

Tag(s) : #poetes incomparables

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :