Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par elsapopin

La langue française est riche… Ça, tout le monde le sait voici quelques particularités de notre belle langue pour notre plus grand plaisir ! ( petit merci à Néringa qui m'a transmis le lien ) Durant tout ce mois de janvier, découvrez les singularités et particularités de cette langue étonnante qui est la nôtre.

Barre séparation automne

 

* Peu ou prou . C’est là que le latin et le vieux français sont d’importance capitale !

Peu presque rien

Prou vient du latin prodis qui veut dire profitable, utile mais qui en vieux français signifie beaucoup

Peu ou prou c’est plus ou moins ou moins ou plus selon d’u côté où l’on se place …

 

* Agenda, album, aquarium, duplicata, lavabo, intérim a priori, vice versa. Point commun de tous ces mots employer au quotidien ? Ils sont en « latin « étonnant, non et qui a dit que le latin ne servait à rien ?

* « Va je te hais point « ah la belle litote ! Déguiser sa pensée de façon à la faire deviner dans toute sa force, c’est bien une idée à la française : pour faire simple ( je t’aime ) faisons compliqué ( va je ne te hais point ), c’est mieux !

* « Mort-vivant « que voilà un bel oxymore, n’est-il pas ! Celui-là est grec ( qui a dit que la grec ne servait à rien ?) et vise à rapprocher deux termes que leurs sens opposent, dans une formule en apparence contradictoire. « Hâtez-vous lentement « ou encore Un « silence assourdissant » Comme c’est beau !

* Les noms terminés au singulier par –eu, -au, -eau forment leur pluriel en ajoutant un xsauf landau, sarrau, pneu et bleu qui eux, va savoir pour quoi prennent un s !

* Aucun ou aucuns

Si « aucun » est un pronom ( aucun ne vint à la fête ), il remplace un nom et signifie « pas même un ». « Aucun et aucune » ne s’emploient qu’au singulier. Toutefois lorsqu’ils sont placés devant des noms n’ayant pas de singulier comme les mots « frais, fiançailles, funérailles », etc. ils se mettent au pluriel ( aucunes fiançailles ou épousailles ne furent plus belles )

* Les personnes avec qui on travaille sont-elles des collègues, des confrères ou des consœurs ? la nuance est d’importance même si certains les disent synonymes. Un ( e) collègue travaille dans le même établissement ou qui remplit la même fonction que vous. Un confrère ou consœur appartient au même ordre professionnel ou exerce la même profession libérale, que vous.

*Des fois, parfois, quelques fois, quelquefois, ces quatre-là c’est un cauchemar et des fois, je confonds quelques fois quelquefois avec parfois. Pas jolie mais exact dans l’emploi des mots et de leur sens :

Quelques fois : quelques occasions, à plusieurs reprises

Quelquefois : à l’occasion, parfois, de temps à autre, accessoirement

Parfois : de temps à autre

À bien y penser, il serait plus simple de dire : Je confonds, à l’occasion, quelquefois avec parfois.

Ah la belle langue que la nôtre !

Commenter cet article