Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par JC Clair

Après la préhistoire et l'histoire de la Gaule et des Romains, voici les temps " obscurs " ( pas tant que cela ) du Moyen-Âge...Toujours avec humour mais sans trahir l'histoire !

Clovis, roi des Francs, n’était peut-être pas aussi franc que cela. Il circule à son sujet une histoire vaseuse, où l’on apprend à cette occasion qu’il existait alors une curieuse façon de se fendre la gueule …

De nos jours, un accouchement urgent peut se produire dans une voiture, mais au VIème siècle le Mérovingien Théodebert 1er est né en 504, se chargeant plus tard de la conduite intérieure du pays, choisissant la meilleure direction sans aucune assistance.

Il ne se passa pas grand-chose sous le règne des rois fainéants, ce que l’on pourrait résumer par : « faits - néant ».

Le pays était dirigé par les maires du palais. Le plus célèbre d’entre eux fut Charles Martel qui arrêta les Arabes à Poitiers. Seul devant ses hommes en toutes circonstances, il donna naissance à l’expression : « se mettre Martel en tête ».Il eut un fils portant un nom de parapluie pliant (Pépin le Bref). Ce dernier épousa Berthe au grand pied lors d’un mariage en grandes pompes.

Pourquoi Charlemagne a-t-il eu cette idée folle un jour d’inventer l’école ? Peut-être parce qu’il comptait beaucoup de maîtresses à son tableau.

Son neveu s’appelait Roland, et il a fait des folies avec son cor.

Plus tard, Hugues Capet fit les Capet siens.

Saint-Louis rendait la justice sous un chêne (comme un gland, disent ses détracteurs). Signe des temps, il gardait les bras … croisés. Il sut faire preuve de tolérance en protégeant les prostituées. Il créa l’Hospice des Quinze-Vingts pour soigner à l’œil les aveugles nécessiteux. A mon avis, il aurait pu réserver un pavillon à l’usage des malentendants, attendant que ses nouveaux protégés retrouvent un sens de l’ouïe neuf. Il se rendit à Jérusalem à tombeau ouvert et mourut à Tunis en 1270, terrassé par le plus terrible des maux croisés par définition, la peste.

Le style gothique fut découvert tout à fait par hasard. Un jour, un mouvement de terrain brisa une voûte romane. Le résultat visuel fut apprécié, on décida de l’adopter. De nos jours, c’est dans le roman populaire que l’on rencontre le style argotique.

Le Moyen Age, c’était « le temps des cathédrales » mais aussi celui des monastères avec les moines cénobites qui avaient renoncé à se servir de la leur.

Quant aux copistes, pour perfectionner la qualité de leurs caractères, ils taillaient des plumes avec application.

Quand un seigneur voulait ajouter quelque chose pour sa défense, il se faisait édifier une forteresse. On assemblait alors de grosses dalles en pierre pour réaliser cette construction, et quand tout était terminé, on disait : « c’est un château fait aux dalles ». Un pont-levis interdisait l’accès au château, et une ceinture de chasteté l’accès à la châtelaine, on ne pouvait plus alors sauter, ni le fossé, ni la dame que charmait un troublant trouvère. A l’extérieur, les conditions de vie étaient éprouvantes, la campagne renfermait des serfs vidés et des gueux las. Mais au château, ceux qui soignaient les chevaux ne craignaient pas le froid. L’espoir de changement n’était pas envisageable pour un fils de serf pourvu à vie d’un père manant, à une époque où les privilégiés considéraient les serfs avec dédain.

Au début de la guerre de 100 ans sont apparus les premiers canons appelés « bombardes ». Si l’on en croit les manuels de l’époque, lorsque le boulet tombait derrière l’objectif, on dénommait cela un coup long, s’il ne l’atteignait pas on avait le coup court et s’il touchait son but c’était un coup de pot. Malgré tout, les affrontements se faisaient d’homme à homme, chacun essayant de découvrir dans la cuirasse de l’adversaire « le maillon faible » pour l’éliminer. Durant cette guerre, les premiers porte-clés firent leur apparition. Ils s’appelaient les Bourgeois de Calais. Jean le Bon trouva les Anglais particulièrement captivants, mais la taxe de séjour un peu lourde

Jeanne d’Arc, bergère lorraine qui gardait ses moutons, craignait d’en perdre et pour cela les comptait sans arrêt. A force de compter des moutons, elle s’endormait et durant son sommeil elle entendait des voix. Malheureusement pour elle, les Anglais réalisèrent la première saisie d’héroïne, et comme le font actuellement les douanes ils y ont mis le feu. Ceux qui ne l’avaient pas crue l’ont vu cuite. Quant à elle, elle a frit mais elle n’a pas tout compris. Son accusateur, l’évêque Cauchon, aurait dû se méfier des raseurs puisqu’il mourut égorgé accidentellement par le barbier de sa ville.

Il paraît que Louis XI se flagellait chaque matin. Certaines personnes qui n’ont aucune connaissance historique y font référence sans le savoir en déclarant : « J’ai besoin d’un bon coup de fouet pour démarrer la journée ».

Avec ténacité, Gutenberg, qui possédait une force de caractère impressionnante, découvrit l’imprimerie.

A la fin du XVème siècle et début du XVIème, la dynastie royale, telle un oiseau, passa de branche en branche. Louis XII succéda à son cousin Charles VIII qui n’avait pas de fils. Ensuite, il épousa sa veuve. A sa propre mort, n’ayant pas d’héritier mâle lui non plus, il laissa le trône à son cousin François Ier qui avait épousé sa fille, devenant également son gendre. Ce n’est pas plus compliqué que « Les feux de l’amour », mais c’est pareil, il faut suivre.

A la semaine prochaine pour la suite de cette histoire de France façon JC CLAIR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article