Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par dix vins blog

Origine du ragoût de mouton

S'il est un plat populaire, c'est bien le ragoût de mouton, qui est un régal habilement préparé. Or, chose curieuse, il n'a pas toujours existé. Ce plat fut importé en France à l'époque des croisades par un Arabe, qui, dans une petite boutique, offrit cette cuisine, elle plut et bientôt ce fut une petite " hostellerie " qui remplaça la boutique. La clientèle devint considérable et, bien entendu , les imitateurs entrèrent en lice. A cette époque c'était " le haricot de mouton ". Mais quand Parmentier eut implanté la pomme de terre dans le pays, le nouveau légume supplanta le haricot et le plat devint un ragoût.

On peut citer parmi les hauts personnages qui ce délectèrent de ce mets, simple mais savoureux : la cardinal Mazarin et le fameux duc de Buckingham qui longtemps habita la France.

février 1938

Le boomerang

Cette singulière arme de chasse si fréquemment utilisée aux antipodes et qui est constituée par un simple morceau de bois recourbé qui revient vers celui qui l'a lancé après avoir frappé le but, n'est pas une invention des Australiens.

On a établi, en effet, et d'une façon indiscutable, que les anciens Grecs connaissaient l'usage du boomerang qu'ils appelaient " le jet aux lièvres ", car ils s'en servaient presque exclusivement pour chasser cet animal.

Les Étrusques employaient la même arme et aux mêmes fins, ainsi que le révélèrent de nombreux dessins tracés sur des vases.

L'Inde a de tout temps connu deux boomerangs. Dans le Nord de la péninsule, un des modèles servait pour tuer " le capucin aux longues oreilles ".

Quant à l'autre, d'un modèle un peu plus grand, il était utilisé pour certaines cérémonies rituelles. Mais on n'a pas pu établir à quoi il servait exactement.

Les indiens du Nouveau Mexique et de l'Arizona abattent les lapins sauvages à l'aide de boomerangs. Il en est de même en Asie Centrale et Septentrionale. Mais, dans ces régions, la chasse prend un caractère religieux et doit être précédée de rites millénaires.

Dans ces parties du continent asiatique on croit dur comme fer que l'ombre que nous discernons sur la Lune n'est pas autre chose que la silhouette d'un lièvre qui ronge peu à peu l'astre des nuits et qui parviendra à le détruire entièrement. Quelle que soit la part de légende qui entoure le Boomerang, on voit qu'il était connu dès la plus haute antiquité.

avril 1938

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article