Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alain Brissiaud

J'ai découvert Alain Brissiaud et son univers poétique , en 2016, par l'intermédiaire de deux ouvrages Au pas des gouffres, son premier livre, en 2016, en tant qu'auteur  et New poems et sketches des textes inédits de Claude Pélieu qu'il a publié.

Très vite j'ai éprouvé le désir de le contacter car j'ai été touché par son attachement à la Beat Generation et très vite une correspondance, des échanges se sont établis entre nous.

Alain Brissiaud vit aujourd'hui dans le Vaucluse. Il est né à Paris en 1949 et il écrit depuis qu'il est adolescent tout en se souciant fort peu d'être publié. Il devient libraire après son service militaire en 1970 et parallèlement éditeur.
Il a longtemps été influencé par les poètes de la Beat Génération  et c'est lié d'amitié avec Claude Pélieu, puis avec les poètes réunis autour de la revue " L’Ephémère ". Frank Venaille le bouleverse, Jean Daive le rassure... et il a déclaré : " j'ai la chance de pouvoir écrire ! Aussi j'adore Bob Dylan, il  une voix d'ange. "

Dans l'excellente revue Les Hommes sans Epaules, Christophe Dauphin, avec une sobre justesse, a écrit  " La poésie d'Alain Brissiaud, épurée, concentrée d’émotion, malaxe sans trompe l’œil, l’incertain, la douleur, l’absence, la lumière, pour tenir debout face à l’engloutissement qui menace."
 

À lire :

Au pas des gouffres ( Librairie-Galerie Racine, 2015 ), 
Jusqu'au coeur ( Collection Les Hommes sans Epaules/éd. Librairie-Galerie Racine, 2017), 
Cantos sévillans, suivis de La lisière ( La Porte, 2017 ).

 

 

Le long remords (extraits)

 

Ta poitrine vogue
légère
au-delà du toit
où soupirent tes amants de braise

ta main fait le signe de l’ombre
pour que tous s’écartent

écoute leurs chants d’écume
leurs pitreries

tu secoues tes yeux comme si
tous ces fantômes
venaient dormir sur la couture de tes lèvres

mais vite tu te lasses

épuisée
par trop de querelles

Cette chanson chapardée
à ta lèvre
tu ne la donnes plus d’autres
l’ont détournée

ils ont chaussé jusqu’à tes bruits
tes frissons
embarqué ton ombre

amie
tiens-tu comme hier ce journal de démence

ouvre-le à la page restée blanche
ce qu’il te faut
écrire
t’appartient peut-être
encore

 

La Parole solide

Nous dormions séparés par la glace
depuis ce jour d’autrefois
au premier temps
de vous

déjà oublieuse de ma présence

allant  selon votre mémoire
indistinctement
sans rien écouter du remous des blés
derrière la maison
et voir
la main tendue des vents

ni soupir

ô
votre belle indifférence
je la vois maintenant
si nette et
si présente

dans l’altérité du matin finissant

Didier Trumeau

 

Didier Trumeau habite Vierzon et dans la mouvance anarchique française du punk-rock  alternatif il a longtemps fait vivre le fanzine d'infos L'HEURE TARD ! Parallèlement il écrit des poèmes   engagés qui dénoncent les imbécillités et cruautés de nos temps d'entropie frénétique.

Disciple du " Do It Yourself ", il a réalisé et publié lui-même des recueils et autres toutes petites publications qui offrent à lire son travail. Son  livre  Inhume haine  est paru aux Editions du Contentieux.

Extraits de "Prendre à deux mains pour aller demain", poème fleuve de Didier Trumeau publié dans ce numéro. Choisis et lus par Cathy Garcia Canalès. 

Poémes ( extraits de Inhume Haine )

 

C'est Mystère président de la terre,

je peux tout détruire, la Terre reconstruit,

je suis au-dessus, je suis partout,

même lorsque je vous ai réduit au néant

vous me plébiscitez.

Est-ce que je peux encore vous tuer ?

c'est Laure, je suis jeune et belle, j'ai deux

magnifiques enfants, un mari qui en

vaut bien d'autres, j'ai hurlé sous les

assauts du crabe, c'est terminé, tu es

venu me dire au revoir,

sur mon front glacé j'ai senti ton

baiser brûlant.

Nausicaa by Julie sa maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article