Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Dernier voyage d'un vieux loup gris

Un loup voyage

Un loup gris

Pas du gris argenté des séducteurs de ciné

Mais du gris du temps qui passe

Il trottine dans la forêt d'automne

Sous ses pattes percluses

Les feuilles jaunies meurent dans un dernier cri-cri-cri

Un crissement fragile comme la vie

"Je chemine depuis tant et tant

Se dit le loup

Des lustres éteints que je cherche ma pitance

Ce fameux chaperon

La mère-grand

Ce petit Poucet mignon

Les trois petits cochons

Mais le chaperon a dû déserter

Le rond patapon de l'enfance

Le petit Poucet doit-être bien grand

Les petits cochons obèses

Ou musclés baraqués balaises

La grand-mère vraiment indigeste

Rien à mettre sous ma vieille dent...

Quand un loup meurt

Sous les balles du chasseur

Même Tartarin à cirrhose

Il meurt comme au champ d'honneur

Il meurt sur une pluie de roses

Mais un loup qui trépasse d'inanition

Nada nib de nib rien sous les mandibules:

Trépas ridicule."..

Et le vieux loup gris chemine en sa forêt d'automne

Aujourd'hui c'est son anniversaire

Sous son pas les feuilles tombent en poussière

Soudain ce mammifrère en somme

Puisque l'homme est un loup pour l'homme

Aperçoit une chaumière

Avec sa petite lumière réglementaire

Qui semble lui cligner de l'oeil

Des chants montent de l'intérieur

"Un banquet de chasseurs" se dit le loup

Je soupçonne quelques carabines

Ma vie n'aura point été vaine:

Je vais pousser la porte façon John Waine

Ils me flinguent et je meurs dans un joli râle

Je me la joue au quai Corral"

D'un coup de patte un seul le loup ouvrit la porte

"Happy birthday le loup notre sauveur!"

Hurlent sept voix en chur

Sur la table de chêne un gâteau comme un château

Autour de la table

Le petit chaperon

Le petit Poucet

Les trois petits phacochères

La grand-mère

Un agneau tétant encore sa mère...

Ils n'ont pas changé vraiment

Ils sont tous encore enfants

Sauf mère-grand au printemps de ses cent ans...

" Tu as offert aux enfants tant de jolis frissons

Tant de délicieux claquements de quenottes...

Et puis sans toi nous n'existerions pas après tout

Qui parlerait de nous ?

Merci le loup nous te devons tout!

Accepte ce gâteau d'anniversaire

Nappé d'une crème financière!"

Alors le loup dévore le gâteau fourré de traders

De boursicoteurs de comploteurs de manipulateurs

De dictateurs de sénateurs de percepteurs

De fricoteurs d'inspecteurs de contrefacteurs

Ca craque et ça crie sous les crocs quand il croque

Mais le dico contient trop de mots en eur

Mais le gâteau contient trop de beurre

Alors le loup meurt d'ingestion et de bonheur

Son poil est redevenu noir et luisant

Le loup meurt de bon poil vraiment

Et son âme de loup monte au paradis des loups

Qui vaut bien le nôtre après tout

Où gambadent des agnelles pas farouches

O camarade loup, O vieux mammifrère

Je clos ici cette poésie louche

Il est temps de se taire

Avant que le lecteur ne somnole

A la lecture de ce poème-guignol

De ce conte cornichon

Ecrit en vers de merleriton.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article